Toucher à la fois l’âme des adultes et des enfants via un film n’est pas facile. Je vous propose de découvrir Soul de Pixar qui réussit cet exploit.

Le côté fédérateur procuré par Soul

La question concerne les êtres humains sans distinction d’âge à savoir : comment et pourquoi habiter le monde ? Soul traite de cette problématique via un conte philosophique.

Soul est à la fois compréhensible pour les enfants et demeure attrayant pour les adultes. Cette réussite illustre la beauté du film d’animation.

A propos du film Soul

Le film est centré sur deux héros, à travers une âme adulte qui se nomme Joe et la nouvelle âme 22. La version française est incarnée à la voix par Omar Sy pour Joe et Camille Cottin pour 22.

Leur parcours et leurs motivations ne sont pas les mêmes. Néanmoins, la quête initiatrice repose sur une problématique existentielle universelle à travers des questions plurielles.

Ces questions sont : Qui suis-je ? Quelle est ma place en vivant dans ce monde ? A quoi je destine mon existence ?

Certes, les questions sont posées de façon différente selon l’âge. Toutefois, elles sont semblables.

Le fait d’habiter le monde pour les personnages

Joe dispose d’une structure de pensée sociale bien arrêtée et correspond à une personne accomplie. Pourtant, l’aventure va l’amener à se remettre en  question.

Pour sa part, la nouvelle âme 22 qui est similaire à un enfant pense avoir déjà trouvé sa voie. Toutefois, ces conceptions bien établies vont être ébranlées.

Les deux héros doivent apprendre à affronter le sens de la vie en attaquant leur problème de front. Ils doivent comprendre comment et pourquoi habiter le monde afin de trouver leur épanouissement respectif.

Dans un cas comme dans l’autre, l’injonction liée à la structure vient bousculer la définition de la raison d’être. Elle s’avère sociale et intériorisée.

Une universalité de l’existence

Le film repose sur ces questions importantes avec une manière de les poser qui s’avère plutôt originale. Soul veut démontrer qu’on grandit à tout âge.

De plus, la raison d’être n’est pas liée au choix de vie. L’adulte peut être soumis à des questionnements pour l’évolution de la personnalité et de la vision des choses de la vie.

Quant à l’enfant, il est invité à se libérer du poids des choix de vie de son enfance. Il se rend compte que devenir adulte ne dispense pas de rencontrer les problèmes existentiels forts.

En fait, la question : Comment et pourquoi habiter le monde ? est universelle. L’approche cible la libération.

Le message est en parfaite cohésion avec l’intention. Aucun spectateur n’est catalogué.

Il s’agit d’un film plein de bienveillance sous des dehors poétiques pour envisager positivement 2021. Retrouvez d’autres thèmes ici.  

Crédit Photo : allocine.fr & linternaute.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *