La nouvelle norme Wi-Fi 6E va entrer en lice. Je vous propose les grandes lignes concernant les actus du protocole de connexion sans fil.

L’avènement nécessaire du Wi-Fi 6 E

Les normes Wi-Fi  connaissent différentes appellations. Il faut citer la 802.11 a, la 802.11 b, la 802.11 g, la 802.11 n, la 802.11 ac et la plus récente avec la 802.11 ax.

Il ne faut pas oublier les multiples normes intermédiaires. Fin 2018, l’instance qui regroupe les industriels concepteurs de systèmes sans fils a voulu simplifier le protocole, via la Wi-Fi Alliance.

Une compréhension priviléfiée

Cela passe par des dénominations plus faciles à comparer et à mémoriser. Il faut inclure le Wi-Fi 1,incluant la 802.11 a de 1999 au Wi-Fi 6 intégrant la 802.11 ax, validée en 2019.

A partir de cette simplification, la nouvelle norme Wi-Fi 6 E a émergé. Le sigle E est un signe distinctif des appareils fonctionnant sur la bande 6 GHz.

Les spécificités du Wi-Fi 6 E

Le Wi-Fi 6 E évolue sur la troisième portion du spectre radioélectrique. En Europe, deux sections sont disponibles pour le Wi-Fi.

Cela concerne la bande 2,4 GHz qui va de 2 400 à 2 483,5 MHz et la bande 5 GHz qui évolue de 5 150 à 5 350 MHz et de 5 470 à 5 725 MHz. Dans l’ensemble, le Wi-Fi accède à 538,5 MHz du spectre.

Le but du 6 Hz

En fait, la bande 5 GHz est régie par des contraintes de partage. L’équipement Wi-Fi est obligé de partager les fréquences avec d’autres utilisations.

En outre, la montée en puissance des réseaux constitue un second objectif. Actuellement, la fibre optique dispose de débits de 1 Gbit/s.

Il est nécessaire d’élargir les canaux Wi-Fi. Par ailleurs, les autres portions de la bande 5 GHz comportent des risques de brouillage via des satellites explorateurs terrestres.

L’avantage du Wi-Fi 6 E pour les particuliers

Le Wi-Fi 6E met en avant des performances supérieures, une latence réduite ainsi que plus de rapidité au niveau des débits des données. Les appareils compatibles ouvrent droit à l’exploration de canaux plus vastes pour disposer de performances réseaux.

De plus, davantage d’utilisateurs sont pris en charge y compris dans des environnements denses, souvent encombrés.

Les atouts pour les professionnels

La latence réduite va permettre aux environnements industriels d’inclure la fourniture d’applications plus poussées. Cela porte sur l’analyse des machines, la maintenance à distance, la formation virtuelle du personnel.

Les enjeux sont axés sur la cohabitation entre les signaux existants. Découvrez plus d’articles ici.  

Crédit Photo : counterpointresearch.com & youtube.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *