Dernièrement, un trou immense, s’est formé au Pôle Nord au niveau de la couche d’ozone.

Je vous propose d’en apprendre plus sur ce phénomène étrange.

Un trou apparu au printemps 2020

Au début du printemps 2020, les scientifiques ont noté la formation d’un trou gigantesque dans la couche d’ozone. Ce trou anormal a surgi au Pôle Nord, contrairement à l’habituelle couche d’ozone présent au-dessus de l’Antarctique, côté Pôle Sud.

Par ailleurs, l’Afrique du Nord est parfois sujette à ce type de phénomène, de manière plus ponctuelle. Le trou du Pôle Nord atteignait une large superficie avoisinant les 600 000 km².

https://www.youtu.be/LVrQ601nPXo

Le mystère du trou de printemps 2020

Depuis la fin avril 2020, ce trou du printemps situé au Pôle Nord s’est refermé. Il suscite néanmoins de nombreuses interrogations.

L’équipe de surveillance Copernicus a constaté ce phénomène. Les réseaux sociaux se sont enflammés après la disparition du trou.

Il est permis d’associer son évaporation avec la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cette réduction forcée serait le résultat du confinement de 3 milliards de terriens et de l’arrêt des activités industrielles.

Selon les scientifiques de l’équipe Copernicus, il n’en est rien. En fait, le confinement n’entre pas en considération.

C’est aussi le cas des phénomènes terrestres qui ne sont pas pris en compte dans l’évanouissement de ce trou.

Les conclusions du satellite Sentinelle – 5P

La mission Copernicus à travers le satellite Sentinnelle-5P discerne le trou de la couche d’ozone causé par l’humanité au Pôle Sud, comme étant d’origine anthropogénique. Il est le fruit d’une combinaison de facteurs divers, à savoir les dégâts naturels et ceux provoqués par l’homme.

Si le trou du Pôle Sud est majoritairement causé par les mauvaises pratiques industrielles, le trou du Pôle Nord est moins précis. Il peut s’agir d’un phénomène ponctuel qui a fait l’objet d’une fermeture spontanée.

En fait, ce trou inhabituel est apparenté à un vortex polaire. Il s’agit d’un tourbillon qui entraîne une dépression d’air froid.

Ce vortex polaire très résistant a certainement causé cet immense trou. Sa fermeture par les cycles atmosphériques locaux ne relève d’aucune action humaine, ni du confinement lié au Covid-19.

Les rappels à la raison des scientifiques

Dans tous les cas, le Protocole de Montréal de 1989 continue d’être en mode applicable. Il faut continuer à stopper l’émission des substances toxiques afin que le Pôle Sud se rétablisse des effets néfastes sur la couche d’ozone.

Le Pôle Nord ne doit pas pour autant être négligé même si les impacts de l’activité humaine sont moindres. En effet, le dégel rapide des icebergs et des glaciers est une menace dangereuse pour l’humanité.

Même si un tel phénomène comme le trou du Printemps 2020 est rarissime, il constitue un vrai rappel à l’ordre.

Crédit Photo : gurumed.org & bfmtv.com

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *